LES CAHIERS RUSSES

Publié le par AL

cahiers russesLES CAHIERS RUSSES

Prix du meilleur scénario 2013

Scénario et dessin : Igort

Dépot légal :01/2012

Editeur :Futuropolis

ISBN :978-2-7548-0757-9

 

 

Il a passé presque deux ans entre l’Ukraine, la Russie et la Sibérie, pour essayer de comprendre ce que le fameux reporter polonais Ryszard Kapuscinski

a appelé « le grand mystère russe ». Ces Cahiers russes approfondissent ce qu’il mettait au jour déjà, l’an dernier, dans de poignants Carnets ukrainiens : un profond désespoir. Après le passé soviétique, et l’évocation notamment d’un génocide toujours occulté, où plus de 7 millions

d’Ukrainiens furent délibérément affamés par Staline en 1932, Igort plonge dans un présent qui ne passe pas mieux.

Une femme lui a servi de guide, Anna Politkovskaïa, assassinée en 2006,

dont il allait suivre la trace posthume trois ans plus tard. Dans le premier volet de ce diptyque, la vérité éclatante du récit était captée à la source, chez les petites gens, dans leurs témoignages perclus des indicibles souffrances subies.

Une même vérité émane de ce second volet, (dé)construit en séquences intenses, avec pour fil rouge le combat de la journaliste russe quand elle dénonçait, entre autres, « la guerre oubliée » en Tchétchènie.

Dans les témoignages terribles de mères tchétchènes, mais ceux aussi de soldats russes écœurés par les horreurs perpétrées sur le terrain,ce que les mots laissent imaginer, le dessin l’incarneavec une puissance retenue, une sobriété rageuse, jusque dans l’horreur des zatchistka, ces razzias propices aux pires violences gratuites... Mettre à nu la cruauté des uns, la lâcheté des autres, et l’indifférence quasi généralisée, dénoncer sans jamais céder sur les valeurs en jeu : ce combat-là et le courage inouï qu’il exigeait trouvent le plus

percutant des échos dans une évocation ultra sensible.

 

Jean-Claude Loiseau - Télérama


retour à l'index 

 

Commenter cet article

Justine Csr. Lycée des Arènes. 10/04/2014 13:44

Igort raconte: Anna Politkovskaïa, Stanislav Makerlov mort pour la vérité. Max Liniger-Goumaz parlait de "démocrature" nous sommes en plein de dans : dictature camouflée, démocratie truquée. Une démocratie ne respectant pas toujours la liberté et la participation des citoyens. Le rôle d'une femme d'exception se battant pour son pays, pour la liberté, témoigne du courage de celles et ceux qui résistent y sacrifiant leur vie. Je remercie les dessins qui incarne l'horreur du combat ainsi que les moments de douleurs et de tristesse qu'on du vivre ces familles meurtries par la douloureuse vérité du conflit.

Lycée des Arènes 29/04/2013 10:04

Ce livre conte une histoire vraie, une triste réalité d'un génocide récent dont personne ne parle ou presque, ce livre est là pour nous faire ouvrir les yeux sur ce massacre.
Tortures, viols, assassinats et meurtres, violences gratuites, famines forcées, voilà les ingrédients parfait pour un génocide ayant causé environ 7 000 000 de morts sous le régime Stalinien.
Et ce sont autant d'éléments qui se retrouvent dans la BD qui, malgré un scénario assez malsain et des dessins un peu crus donne au lecteur un sentiment de compassion à l'égard des Tchétchènes, un
sentiment de colère mais aussi sentiment de malaise qui va nous faire dire : "Ils faut que je continue à lire".
Bastien

jonathan 19/03/2013 15:32

Ce livre raconte très bien ce qui s'est passé dans ce malheureux pays dans les 90's. L'interview du soldat Tchéchène semble fidèle aux faits réels. Etant d'origine russe je connais bien l'histoire
de la Russie et le livre retrace son histoire de manière fidèle. ce qui m'a paru intérréssant est le combat mené par cette journaliste pour denoncer des abus et mettre en lumière la réalité des
faits. C'est un très bon livre à lire ;)

saad 15/03/2013 11:57

Cette BD a été raconté par un camarade de classe. J'ai beaucoup aimé car c'est une histoire vrai en voit que le réalisateur de cette BD a beaucoup travaillé pour que l'histoire soit vraiment réel.
Il parle aussi de la russie qui est un pays ou il n'y a pas de liberté d'expression.Je vait le lire est vous dire ce que j'en pense a la fin e la BD

Perrine,Laura,Natacha (Lycée Rive Gauche) 12/03/2013 11:01

Cette BD peut être appréciée par une personne qui aime l'histoire. En revanche moi qui n'aime pas trop l'histoire, j'ai moins accroché. Je n'ai pas saisi les touches d'humour, les images étaient un
peu violentes à mon goût, même si cela illustre bien la réalité.

Thibault (Lycée de Mirepoix) 23/02/2013 12:47

L'histoire commence le 7 octobre 2006 avec le récit de l'assassinat de la journaliste russe Anna Politkovskaïa. On apprend au fil de la bande-dessinée qu'elle luttait pour la liberté des
Tchétchènes face à l'oppression russe, elle est morte car elle voulait dénoncer le régime russe à cause des horreurs qu'ils font subir à la population Tchétchène. Ils les TUENT, les VIOLENT et cela
en toute impunité car on apprend que même le Président russe Vladimir Poutine est au courant, et laisse faire ces agissements.
Cette bande-dessinée est émouvante et le ton est dur, des images peuvent être choquantes. Je conseille vivement cet ouvrage que j'ai beaucoup aimé, même si à la fin je ne comprends pas pourquoi
l'auteur nous parle des Koulaks en Ukraine, ce qui est je trouve une petite incohérence de la part de l'auteur.

Lucie TAILLARDAT 17/02/2013 18:42

Une terrible et horrible histoire, vraie et récente, nous est dévoilée dans cette bande dessinée. Toutes ces horreurs plus cruelles les unes que les autres et infligées aux Tchétchènes par les
soldats russes sont immondes et touchent la sensibilité des lecteurs. Une telle histoire méritait d'être dévoilée : la cruauté et l'horreur qui sont représentées sous forme de dessin inspire plus
que de la pitié de la part du lecteur et peuvent même dégouter les âmes les plus sensibles.
C'est dur de penser que de pareils horreurs ont pu être commises ...

Lycée des Arènes, Toulouse

Mathilde (lycée des Arènes) 15/02/2013 08:33

Un ouvrage d'un humour à coupé le souffle dans une légèreté digne des plus beaux films sur la seconde guerre mondiale ! La guerre de Tchétchènie est conté dans cet ouvrage avec une douceur et une
censure telle, que les enfants vont l'adorer ! Oublier Martine, le petit ours brun ou encore oui-oui mes chers futurs parents, c'est les cahiers russes qu'il vos faut pour que vos adorables bambins
plongent dans d'agréable rêve fait de tortures et de viol !
Non, plus honnêtement, c'est livre est certes très intéressant : peu de gens connaissent le massacre en Tchétchènie et celui-ci n'est considéré comme un génocide que depuis très peu de temps, il
est donc normal d'informer les jeunes générations que la cruauté humaine humaine n'est pas une légende et qu'elle a bien eu lieu. De plus, Ana POLITKOVSKAÏA
fut une femme incroyable, qui mérite qu'on parle d'elle. Mais les graphismes sont trop crus et malgré que cette histoire fut une réalité, il est plus préférable pour les jeunes gens à qui sont
destiné ce recueil d'alléger la violence.

Bran (lycée des Arènes) 15/02/2013 08:29

Ce livre est vraiment génial. Parler de ce sujet est très délicat mais l'auteur l'a très bien fait.Les scenes de tortures sont affreuses mais il faut se dire que cela s'est vraiment passé.La
barbarie humaine est sans limite, et cette BD nouès permet de nous en rendre compte. Les graphismes reflètent la difficulté de l'histoire et les personnages sont aussi touchants que mutilés.

Jean Cabaille 05/02/2013 11:52

Je trouve ce livre intéresent mais trop violent à mon goût et trop d'image violent ou horrible comme des corps mutilée.