VERTIGES DE QUITO

Publié le par AL

VERTIGES DE QUITO

Scénario/Dessin :  Didier Tronchet Éditeur : Futuropolis    Synopsis : Amérique du Sud. Sur la ligne sismique de Bolivie à l’Equateur. Partis pour 12 mois à Quito en Équateur, ville verticale en équilibre au bord du précipice, Didier Tronchet, sa compagne et leur jeune garçon y sont restés trois ans, tirant des bords dans la jungle amazonienne, sur l’immense lac salé et jusqu’en Bolivie. De ce voyage sur les hautes terres sud-américaines, il livre trois chroniques dessinées, images de son quotidien entre reportage et carnet de route où grands espaces et géographie intime se conjuguent. Ma rue à Quito : Accrochée aux flancs du volcan Guagua Pichaincha, Quito est une ville située à 2 850 mètres d’altitude. Une seule et simple rue, qui dévale et serpente sur 6 km, dans laquelle vivent Didier Tronchet et sa famille. Un ambassadeur chez les Sauvages : Anne parle le quechua, la langue des indiens de la selva. C’est donc souvent qu’elle va visiter les indigènes de Sarayaku, en Amazonie. Sur leur territoire, du pétrole a été découvert. La communauté est menacée… Le salar de la peur : « Rejoignez-moi au Salar d’Uyuni » avait dit Anne. Voici donc le père et le fils en route vers le plus grand lac salé du monde. Sans se douter qu’ils y trouveraient là-bas un invité surprise : le diable...

Commenter cet article

jade et marine ( lycée Françoise) 27/03/2015 11:01

J'ai beaucoup apprécié la BD,Je recommande la lecture de cette bande dessinée .Cette BD est humoristique du fait de son graphisme et de son scénario bien imaginés et très captivants, cependant il y a beaucoup de détails qui rendent la lecture ennuyeuse.

Emmy(Lycee Francoise) 27/03/2015 09:56

Impressions :
Au début de la bande dessinée, j’avais du mal à rentrer dans l’histoire, mais au cours des aventures de l’auteur cela m’a été plus facile, et j’ai apprécié davantage le livre.
Cependant, vers la fin, la bd m’a lassée, je la trouvais trop répétitive et plus du tout intéressante, je n’avais même plus envie de la finir.
Pour moi les points faibles de cette bd sont que l’auteur a trop raconté son aventure en détails, parfois il y avait des choses dont on aurait pu se passer qu’il prenait trop de temps à raconter, alors qu’il y en avait d’autres où, au contraire, on aurait aimé avoir plus de détails et d’explications et qu’il raccourcissait.
Scenario :
Dans cette bd l’auteur nous raconte les aventures qu’il a vécu avec sa femme Anne et son fils Antoine. Au début de la bd il nous présente son pays, puis sa rue (avec les catastrophes qui s’y sont produites) ainsi que ses voyages (notamment en Amazonie lors de sa visite chez les Indigènes)
Humour :
L’auteur ajoute une pointe d’humour à sa bande dessinée. Pour cela, il rajoute parfois de petits commentaires drôles et caricature l’expression des personnages.
Graphisme :
Très coloré, et complet le graphisme ne m’a pas trop plu car j’ai trouvé les vignettes trop chargées, ne mettant pas en valeur les détails importants. Par ailleurs, ils sont tout à fait en rapport avec le thème de la bande dessinée qui est l’aventure, car pour nous emmener avec lui et reconstituer ses souvenirs , il faut être le plus précis possible dans le paysage et le décor.

Loic 02/03/2015 17:28

VERTIGES DE QUITO
Cette BD est-elle la meilleure que j'ai jamais lue ?
Ce livre m'a beaucoup plu surtout au niveau des graphismes qui sont très bien dessinés et il y a beaucoup de couleurs ce qui est attrayant.
Le texte est facile à comprendre ce qui rend la lecture agréable pour le lecteur.
Dans la ville de Quito, chaque jour il se passe des catastrophes différentes comme des incendies,des crashs d'avion, des tremblements de terre... ce qui nous montre que c'est une ville à haut risque.

Axelle M. (Lycée Victor Hugo) 02/03/2015 10:54

Bonjour à tous,
J'ai beaucoup apprécié la Bande-Dessinée de Didier Tronchet, Les Vertiges de Quito car je l'ai trouvée très convaincante sur plusieurs points. En effet, j'ai adoré les graphismes, très colorés et, malgré l'imprécision des traits, ils se marient parfaitement avec l'histoire qui laisse place à l'imagination. J'aime bien le fait que ce soit une autobiographie car on y trouve un peu l'effet "carnet de voyage" avec des images. Ensuite, sur le plan humoristique j'ai trouver que l'oeuvre a entièrement rempli son rôle qui est de faire rire le lecteur tout au long de l'histoire. De plus, j'ai été séduite par le scénarion aventurier et de la BD, développé en trois parties. Il nous fait voyager à Quito, petite ville latine avec ses nombreuses histoires, son caractère farniente et nous plonge dans le quotidien des habitants de cette ville pleine de charme mais aussi dans l'épaisse forêt Amazonienne. Les différentes aventures permettent de nous évader et, à mon avis, c'est l'un des points les plus importants que par la lecture, le lecteur s'introduise dans le l'histoire et vive celle-ci.
Bien évidemment et vous l'aurez compris, je recommande cette BD.

Sara V. (Lycée Victor Hugo) 27/02/2015 14:56

Cette bande dessinée autobiographique nous plonge dans le quotidien de Didier Tronchet, un français qui est parti vivre trois ans en Amérique Latine. Au fil des pages, nous voyageons de l'Equateur à la Bolivie tout en sillonant l'Amazonie: nous découvrons l'environnement sauvage de cette partie du monde où se mèlent différentes couleurs. Dans ce contexte, le protagoniste raconte avec toujours une légère pointe d'humour, les aventures qui rythment son quotidien.
Tout au long de l'histoire, nous sommes interessés par ce scénario à travers duquel nous apprenons à découvrir plusieurs cultures sud-américaines. Pour finir, Didier Tronchet retranscrit parfaitement l'amosphère festive de ces pays ensoleillés à travers un graphisme coloré. Je recommende donc de lire cette bande déssinée très originale.

Lou.L (lycée Victor Hugo) 27/02/2015 14:28

Je recommande la lecture de cette bande dessinée .
Pour commencer, le fait que ce soit le récit d'un voyage réel permet de s'y projeter et d'apprécier au cours de la narration les mêmes "aventures" que les protagonistes . L'usage des couleurs est agréable, notamment sur le lac de sel, elles sont très douces, des bleus peu saturés et plusieurs teintes de gris clair . C'est parfois assez amusant lorsque le père nous décrit les observations qu'il fait de son fils et de sa femme, ainsi que des populations de la ville où il vit et des indigènes; il semble admiratif en quelque sorte également . On sent à travers ce qu'il raconte que le narrateur aime vraiment l'Amérique latine et toute la culture qu'il y a découverte .

Guillaume, Lycée Clemence Royer 26/02/2015 09:32

cette BD est vraiment bien dessinée, l'auteur a fait attention à tous les petits détails ce qui rend les dessins très sympathiques à regarder. Par contre, l'histoire est pour moi inintéressante et il n'y a pas vraiment d'humour. j'ai eu du mal à aller jusqu'au bout du livre tant l'histoire m’ennuyait. heureusement que les dessins sortaient du lot. Pour ma part, je ne la conseille pas à la lecture

Maud/Camille Lycée Clémence-Royer 26/02/2015 09:28

Cette BD est pour nous la plus humoristique du fait de son graphisme et de son scénario bien imaginés et très captivants. Ce livre est une auto-biographie de l’auteur qui nous fait voyager à travers ses pensées, nous découvrons Quito une ville située en Équateur.

jeremy ( lycée Urbain Vitry) 25/02/2015 11:49

J'ai bien aimé cette BD car c'est d'après une histoire vraie, ça donne envie de voyager et y a un petit peu d'humour par moment, avec des petites anecdotes.
Par contre j'ai pas aimé l'histoire il y a rien de passionnant et le graphisme ne m'a pas plu

Luca Las Cases 05/02/2015 11:49

C’est avec un humour discret et bien placé, que Didier Tronchet nous compte sa vie lorsqu’il était en Equateur avec sa petite famille. Un trait naïf, nous rapproche de sa rue, sa ville et de ses alentours, donne à la bande dessiné une allure de carnet de voyage, qui instruit et nous amuse par les situations insolites qu’il expose : les légendes qui courent sur le Salar (le plus grand lac de sel du monde), le peuple de ce petit pays inconnu du grand public. Mais aussi, c’est un récit qui dénonce ! Didier Tronchet nous fait rire, tout en montrant la cupidité qu’engendre le pétrole, et le racisme envers les indigènes.
Pendant les trois ans que nous passons avec lui nous en voyons de toutes les couleurs : rouge, jaune, bleu, vert en sont les principales. Les faits divers y sont relatés, le peu de détails des événements qu’il donne nous permet de nous concentrer sur l’idée générale qui se révèle amusante même si dans le fond le sujet est sérieux. On y trouve aussi le point de vue de son fils grâce à l’introduction de dessins fait par celui-ci, qui d’ailleurs, à le même sens de l’humour que son père !

Maud/Camille Lycée Clémence-Royer 26/02/2015 09:30

Mais comment peux tu qualifier l’œuvre d'un auteur de inutile ?